Mes filles avaient tout manigancé

Cogedim Club > Grand-Parent et Résident > La vie en résidence > Les témoignages > Mes filles avaient tout manigancé

Depuis que mon mari est parti, je me retrouve seule dans la maison de famille. Quand on est seule dans une grande maison, on est encore plus seule que si on vit dans un petit appartement.

 

Tout le monde vous dit que pour garder la forme, il faut faire de la marche. Mais moi rien que d’aller de la cuisine à ma chambre, c’est comme si j’avais couru un marathon. Non, ce n’était plus possible, je ne pouvais plus rester chez moi. Mais où aller ?

 

Avez-vous remarqué que quand on veut vraiment avoir la réponse à une question, elle arrive comme par miracle. Et c’est ce qui s’est passé pour moi.

 

Mes filles sont venues me faire une surprise en débarquant à l’improviste chez moi. Elles sont toutes les deux des grands-mères très occupées. Nos moments seulement toutes les trois sont donc devenus rares ! Mais je sentais que ces retrouvailles avaient un côté un peu solennel. En réalité, elles étaient venues m’emmener visiter un endroit qu’elles avaient découvert dans une station balnéaire qui est à 20 minutes de chez moi. Moi qui connais ce bord de mer charmant, je me demandais bien où elles voulaient m’emmener.

 

Je me suis dit que ma vie était fichue, que si je ne pouvais plus conduire, qu’allais-je devenir ? Ne plus pouvoir aller faire mes courses, aller voir les copains, me balader. Vivre quoi ! Et en même temps, je me suis fait vraiment très peur avec cet accident. Alors je me suis raisonné en me disant que la voiture, c’était bien terminé pour moi !

 

Pendant le court trajet en voiture, elles m’ont expliqué être inquiètes pour moi. « Maman, tu es toute seule à la maison. Tu le dis toi même, tu ne vois pas un cycliste, un promeneur ou une voiture de la journée. Ce n’est plus possible. Nous voulons te proposer un marché. Nous avons découvert un endroit chaleureux et convivial, une résidence services senior où tu pourrais t’installer. Pour le moment, on te propose de faire un séjour découverte. Si ça ne te plaît pas, tu pourras bien sûr revenir chez toi. ».

 

J’étais très vexée. Moi ? Vivre dans une résidence remplie de personnes âgées ? Jamais ! Sûres de m’emmener dans un endroit qui me conviendrait, elles ne se sont pas laissées démonter. Nous nous sommes garées devant une – je dois bien l’avouer – ravissante maison dans un quartier un peu protégé de la mer. J’ai été sous le charme de la jolie petite rue bordée de maisons typiques de la région.

 

Quand je suis rentrée avec mes filles, nous avons été accueillies par une dame charmante. Elle m’a tout de suite appelée par mon nom de famille, je pensais qu’on se connaissait déjà. J’ai regardé du coin de l’œil les résidents. C’était l’heure de la belote. Je n’ai jamais vu des partenaires de jeux rire autant et s’enguirlander autant aussi ! J’ai eu envie de me joindre à leur table, cette ambiance me rappelait celle de notre maison de famille où avec mon mari nous organisions des soirées jeux avec nos amis.

 

Rassurée par cette ambiance conviviale qui était loin d’être triste, j’ai demandé si je pouvais rester pour le goûter. J’ai vu mes filles se lancer un regard de complicité qui avait l’air de dire « c’est gagné ».

 

Depuis, je viens de terminer mon deuxième séjour découverte et à chaque fois, le cercle de mes amis s’élargit. Je sais que cette fois-ci, j’ai pris ma décision : je vais m’installer définitivement dans cette résidence ! Et me perfectionner à la belote pour pouvoir battre mes nouveaux camarades de jeux !

 

Renée, 89 ans

Consulter d'autres témoignages

Image pour background

Marta, 84 ans

Le jour où j’ai trouvé une vie culturelle dans un endroit improbable

Lire le témoignage
Image pour background

Barbara, 81 ans

Je suis devenue la colocataire de ma sœur

Lire le témoignage
Image pour background

Joël, 88 ans

Quand les volets se sont levés, j’ai compris que ma vie devait changer

Lire le témoignage
Image pour background

Etienne, 46 ans

J’ai dégainé mon arme secrète pour redonner le sourire à cette femme

Lire le témoignage